Conformément aux instructions du chef de l’Etat et du Premier Ministre, dans la salle Libreville du Radisson Blu, le ministre Hugues Mbadinga Madiya accompagné accompagné de ses collègues de la Fonction Publique, Madeleine Berre et de l’Economie et de la Relance, Nicole Jeanine Lydie Roboty epse Mbou se sont entretenus avec le CCEF (Conseillers du Commerce Extérieur Français) et la communauté des hommes d'affaires français au Gabon, en présence de l'ambassadeur de France au Gabon, Alexis Lamek.

L’ordre du jour était principalement axé sur des questions telles que l’attractivité du Gabon pour les investisseurs, la compétitivité des entreprises nationales, le règlement de la dette intérieure; le droit du travail, le soutien au prix du pain et du carburant, la question de la TVA, les paiements étrangers et la réglementation CEMAC.

« Étaient présentes une quarantaine de filiales d'entreprises françaises et gabonaises ainsi que l'ANPI (Invest In Gabon) et le Président du Comité Gabon des conseillers du commerce extérieur de la France, Erik Watremez », peut-on lire dans le communiqué publié par le Ministère gabonais en charge de la Promotion des investissements qui note également que « cette rencontre qui se tient dans le cadre de la relation d’amitié exceptionnelle entre la France et le Gabon, a permis de faire un point sur les investissements et réinvestissements de la communauté d’affaires de la République Française établis au Gabon ».

A savoir qu’un séminaire en ligne sur les opportunités d’investissement au Gabon a été organisé en juin dernier avec le Mouvement des Entreprises de France (MEDEF), la principale plateforme patronale française qui compte parmi ses membres des entreprises qui investissent déjà au Gabon. Selon les explications fournies, la rencontre virtuelle résultait de l'initiative du Ministère en charge de la Promotion des Investissements du Gabon, le Mouvement des Entreprises de France, l’Ambassade de France au Gabon et l’ANPI-Gabon et portait sur les opportunités d’investissement au Gabon déclinés dans le Plan d’accélération de la transformation (PAT).

« Ces échanges de haut niveau ont porté sur les formes d’investissements (investissement direct, joint-venture, société mixte, PPP…) et incitations prévues par les différents régimes susceptibles d’intéresser de nombreux investisseurs français. À l'issue des échanges, la responsabilité de la mise en œuvre des points d'accord revient à l’ANPI-Gabon », a rapporté l’agence gabonaise en charge de la promotion des investissements et de la facilitation des démarches entrepreneuriales. Rappelons, enfin, que dans le cadre de la mission qu’il a conduite en France, au mois d’avril dernier, le Ministre Hugues Mbadinga Madiya, a déjà eu une séance de travail avec Philippe Gautier, Directeur Général du MEDEF International.