« Le Gabon dispose de plusieurs atouts. Compte tenu de ses opportunités d'affaires et suivant les objectifs assignés par le Président Ali Bongo Ondimba », a déclaré le ministre en charge de la Promotion des investissements, Hugues Mbadinga Madiya, qui a échangé ce mardi, au siège de l’ANPI, avec certaines organisations professionnelles du secteur privé sur la feuille de route des 32 réformes visant l'amélioration de l'environnement des affaires. 

Selon le Ministère de la Promotion des investissements, des Partenariats Public-Privé, Chargé de l’Amélioration de l’environnement des affaires, ces rencontres ouvrent la voie à un cycle de rencontres public-privé et public-public en vue d’implémenter des actions durables d’amélioration de l’attractivité de notre pays vis à vis des investisseurs nationaux et internationaux.

A noter que l’un des objectifs du Plan d’Accélération de la Transformation (PAT) assignés au ministère de tutelle et à la task force sur la réforme du cadre des affaires vise à intensifier le dialogue public-privé et accélérer la mise en œuvre des réformes identifiées conjointement entre le gouvernement et le secteur privé en vue d’améliorer le cadre de l’investissement et l’environnement des affaires.

Rappelons par ailleurs qu’il y a un an, presque jour pour jour, a été présenté le premier bilan du Guichet Numérique de l’Investissement (GNI) en présence des secteurs public et privé. Cette séance de travail technique visait à décliner les avancées réalisées et les difficultés rencontrées. Le dialogue public-privé a permis de recueillir les avis et opinions des participants sur le fonctionnement de la plateforme et les axes d’amélioration à définir en vue d’une plus grande réduction des délais et des procédures de création des entreprises.

Résultat de la stratégie dite d’optimisation-simplification-dématérialisation engagée par l’ANPI-Gabon en 2017 et visant à faciliter le processus de création des entreprises, le GNI a permis à l’Agence de s’arrimer à la vision du PAT dont la bataille 11 porte sur la digitalisation des services publics fournis aux opérateurs économiques et aux particuliers. Cette stratégie ambitieuse a contribué à positionner le Gabon comme le premier pays de la zone CEMAC à entamer son processus d’enregistrement des entreprises en ligne.