Yeetah Kamikazi, à la tête de kLab (Rwanda), et Yannick Ebibie Nze, patron de la Société d’incubation numérique du Gabon (SING), ont signé un protocole d’accord dans le cadre de la mise en place des programmes d’échange pour soutenir l’écosystème des start-ups dans les deux pays.

Selon toujours les nouveaux partenaires, l’accord entre les deux entités ambitionne de trouver des sources innovantes de financement pour atteindre les objectifs fixés. « L'impact que kLab a eu au Rwanda ces dernières années en tant qu'organisation à but non lucratif est inspirant. Au Gabon, le modèle est différent et maintenant l’objectif est d’obtenir des financements supplémentaires en dehors des voies traditionnelles comme le gouvernement ou les partenaires internationaux », a-t-on fait savoir.

Pour kLab, l’accent doit être mis sur les possibilités offertes par le Gabon considéré comme « une porte de sortie pour les start-ups de son pays ». Cette structure qui note en outre que son partenaire peut miser sur le savoir-faire rwandais dans les secteurs du transport en ligne et de l’e-gouvernance. Dans cet accord, la SING facilitera le processus, elle qui a soutenu jusqu’alors 53 start-ups dont 8 ont connu une croissance spectaculaire.

Rapportant l’information, l’agence Ecofin a indiqué qu’au-delà de la volonté politique de faire du Rwanda une place forte des TIC en Afrique, de nombreux hubs technologiques sont déjà présents dans la capitale Kigali depuis plusieurs années. En décembre 2021, la fondation Norrsken s’y est également installée avec pour objectif d’accueillir un millier d’entrepreneurs d’ici 2022.