Développée par une start-up gabonaise ayant la même dénomination, CaPay est une solution fintech qui offre aux populations non bancarisées la possibilité de recevoir leur paie via le mobile money. Les promoteurs de CaPay soutiennent que le taux d’inclusion financière encore faible pousse à l’émergence de multiples solutions fintech pour satisfaire les nouvelles attentes.

La start-up lancée en 2018 par Ariane Akeret, avant de prendre réellement son envol en 2021, ne manque pas d’ambitions. La solution développée par CaPay est reconnue pour son utilité et a reçu le soutien de la Société d’incubation numérique du Gabon (SING) et de la Banque mondiale. « Au Gabon, une entrepreneure promeut une solution pour régler une situation inhérente à la plupart des pays du continent », ont commenté les partenaires.

A savoir que la plateforme CaPay se présente comme la réponse au besoin des personnes, bancarisées ou pas, qui vivent dans des zones où il n’y a pas d’établissements bancaires et sont obligées de se déplacer sur une longue distance pour percevoir leurs différents dus. Pour Ariane Akeret, les entreprises, les entités publiques et les caisses de prestations sociales ont désormais un outil pour payer les salariés et les retraités facilement.

CaPay revendique notamment l’avantage d’autonomiser la paie des salariés exclus du système bancaire dit traditionnel et surtout des populations qui vivent dans des localités éloignées. L’offre de la start-up permet aussi d’économiser sur les coûts de convoyages de fonds, de réduire les manipulations d’argent liquide, d’optimiser le nombre d'employés nécessaire pour le traitement des salaires et la paie en espèces.

Outre les solutions proposées pour le volet paie, CaPay propose diverses autres fonctionnalités, entre autres, la gestion des ressources humaines. La jeune entreprise programme également son entrée sur le créneau de la gestion numérisée des encaissements et les paiements internationaux. En ce qui concerne son modèle économique, la fintech affirme encaisser 1 % de toutes les transactions qu’elle réalise.