Le Conseil d’administration de l’Office des ports et rade du Gabon (Oprag), actuellement présidé Jean Pierre Lasseni Duboze (PCA), s’est réuni, le 22 juin 2022, pour arrêter les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2021. La réunion s’est tenue au siège social de la société à Owendo. 

Selon le communiqué qui a suivi la tenue de ce Conseil d’Administration, l’Oprag évolue actuellement dans un contexte de reprise progressive tant au plan national qu’international. Ce qui justifie le résultat net de l’Office arrêté à 765 millions de FCFA en baisse par rapport à l’exercice précédent.

On a noté également que l’activité portuaire enregistrée tant au niveau du tonnage de marchandises que du trafic de conteneurs a évolué favorablement au cours de l’année 2021. Ce qui a permis une légère croissance du chiffre d’affaires à 17,5 milliards de FCFA. Cependant, les difficultés de recouvrement des créances clients en liaison avec les effets de la crise économique n’ont pas encore disparu.

En presque 50 ans d’existence, l’Oprag affirme avoir énormément contribué au développement des ports du Gabon, en insufflant une nouvelle dynamique dans les moyens de productions, les forces productives et les modes de production. Ainsi, les ports commerciaux, les ports môles et les terminaux spécialisés (frigorifique, minéralier et pétrolier) sont les centres par lesquels sont acheminées toutes les matières premières qui fondent la richesse du pays. 

Notons en particulier la transformation significative apportée par l’inauguration du port à cargo d’Owendo il y a 5 ans. Fruit d’un partenariat entre GSEZ, l’Etat gabonais et Africa Finance Corporation, cette infrastructure a nécessité 181 milliards de francs CFA pour sa réalisation. Destiné à diminuer les coûts logistiques tout en augmentant la productivité et rendre le Gabon encore plus attractif pour les investissements directs étrangers (IDE), ce port dispose d’un quai long de 775 m. Il possède également un parc à conteneurs de 12 ha d’une capacité annuelle de 250 000 EVP, ainsi que deux silos à grains d’une capacité totale de 10 000 tonnes.