La Compagnie nationale gabonaise de navigation intérieure et internationale (Cnnii) a choisi de collaborer avec le groupe Seamed France, dans la perspective de muscler sa flotte et ses équipements. Le transporteur mise sur ce partenariat pour remonter la pente après des années difficiles.

La Cnnii rassure quant à sa capacité à assurer sa pérennité et à dynamiser ses activités. C’est dans ce cadre qu’a été signé l’accord de partenariat avec  le groupe Seamed France. « Nous attendons notre bateau, le Sette-Cama qui doit réintégrer l’exploitation, des bateaux, des camions vont venir. Bref, toute la logistique qui accompagne la Cnnii dans la réalisation de ses objectifs sera au rendez-vous », a fait savoir le le président du conseil d’administration de la compagnie, Oumarou Baba Toukour.

« La Cnnii cherche à atteindre à nouveau un bon niveau de performance. Pour cela, la compagnie qui représente l’armement national de droit public en matière de transport des biens et de personnes par voie d’eau, cherche des partenaires internationaux », a commenté un média panafricain spécialisé dans les informations économiques.

Selon la compagnie, il s’agit de dynamiser l’offre publique de transport maritime de fret et de passagers au niveau national et sous-régional en tablant sur des collaborations mutuellement bénéfiques. La Cnnii compte aussi réactiver l’exploitation des lignes fluviales et lagunaires à l’arrêt depuis quelques années.

On sait en outre que la Cnnii envisage de développer l’ensemble des segments d’activités porteurs de croissance dans sa vision stratégique, puis de mettre en place une joint-venture pour pérenniser le nouveau modèle économique et industriel de l’armement national à capitaux publics.

La société gabonaise assure notamment la navette entre Libreville et Port-Gentil. Elle a pour mission de développer des activités de transport maritime et en eaux intérieures. Cet accord avec le groupe hexagonal, spécialisé dans le développement des services liés aux activités navales, a abouti suite à un long processus de prospection et de négociations qui a vu l’intervention du cabinet Malania Finances & Consulting en tant qu’intermédiaire.