Le gouvernement gabonais veut booster la compétitivité du secteur logistique du pays afin notamment de mieux accompagner le redimensionnement de son tissu productif. C’est dans ce cadre  que plusieurs projets infrastructurels vont être réalisés dont un port sec dans la Zone économique spéciale de Nkok.

Nkok est l’infrastructure phare du Gabon qui mène actuellement divers projets pour transformer son économie (PAT). Il accorde des facilités (administratives et fiscales) aux entreprises qui souhaitent s’y installer. Aménagée il y a plus de 10 ans pour activer l’industrialisation du Gabon et dynamiser son économie, la Zone économique spéciale représente 40 % des exportations du pays d’Afrique centrale.

Selon les informations disponibles, le ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats publics privés, chargé de l’amélioration de l’environnement des affaires, Hugues Mbadinga Madiya, a fait un déplacement à Nkok, samedi dernier, afin d’échanger avec les responsables sur la trajectoire à donner à ce projet de port sec.

Si les responsables n’ont pas encore donné des détails sur le calendrier de réalisation du projet, un média panafricain a rapporté que le port sec prévoit la construction d’une infrastructure moderne à même d’accueillir, entre autres, des barges d’une capacité de 1000 à 2000 tonnes, cela, en fonction des marées.

Notons que le site choisi pour l’abriter comprend actuellement 3 zones principales : la zone commerciale, la zone résidentielle et la zone industrielle. Le site est géré par 23 administrations, engageant 144 personnes chargées d’opérer une plateforme de près de 6000 personnes, réparties au sein de 85 entreprises en production. A savoir, enfin qu’un port sec est un aménagement connecté à un port maritime par voie routière, ferroviaire ou fluviale pour le groupage et la distribution des marchandises dans l’hinterland.