L’utilisation de la génétique forensique et l’implication des agents de première ligne est aujourd’hui essentielle pour que la justice, s’appuyant sur des preuves matérielles irréfutables, puisse condamner les membres d’organisations criminelles actives dans le trafic des espèces protégées et des ressources naturelles. 

Ainsi, le Ministère des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat, des Objectifs du Développement Durable et du Plan d’Affectation des Terres, à travers l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN), dispose actuellement de son laboratoire de génétique de la faune. 

Ce laboratoire, qui répond aux normes de qualité internationales, est le premier de la sous-région capable de proposer des tests génétiques forensiques pour appuyer les poursuites judiciaires et les enquêtes en matière de crimes fauniques. Plusieurs pays ont déjà fait appel à son expertise, notamment le Cameroun et le Nigéria. Il est désormais opportun de promouvoir son utilisation au niveau national pour soutenir la lutte contre la criminalité faunique. 

Dans ce cadre, l’ANPN, avec l’appui de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) et l’ONG TRACE the Wildlife Forensics Network, ont organisé un atelier de formation et de sensibilisation des OPJ à l’utilisation de la génétique forensique du 23 au 25 mai à l’arboretum Raponda Walker, à Akanda (Gabon), afin de renforcer le recours à l’expertise du laboratoire de génétique de la faune de l’ANPN dans les cas de crimes fauniques. 

L’atelier a rassemblé 28 participants issus de l’ANPN (incluant des conservateurs et des juristes), de la DGFAP (incluant des représentants de la DLCB et des directions provinciales), des Forces de Police Nationale (incluant des policiers du Laboratoire de PTS et enquêteurs OPJ de la Police Judiciaire) et des magistrats du parquet et de l’Instruction du tribunal spécial de Libreville.

Au cours de cette activité, les participants ont été sensibilisés sur les techniques forensiques comme outil de soutien à l’application des lois fauniques. L’atelier a permis aux agents de première ligne d’identifier les cas pour lesquels ils peuvent faire appel à l’expertise forensique du laboratoire de génétique de la faune de l’ANPN pour soutenir les enquêtes criminelles et les opérations de collecte de renseignements. Les participants ont également effectué une visite dudit laboratoire, afin de mieux appréhender le travail effectué par les scientifiques.