Plusieurs entreprises spécialisées dans les infrastructures sont sur les rangs dans le cadre du projet de construction de 25 stations hydrométéorologiques sur l’ensemble du territoire national.

Selon les responsables, les infrastructures qui seront réalisées par le secteur privé aideront à étudier les dynamiques de l’atmosphère pour surveiller la formation des précipitations, leur distribution dans les bassins hydrologiques, et leurs effets sur l’environnement et les populations. 

Pour le ministère gabonais de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, les opérateurs sélectionnés auront, dans le cadre d’une première phase du projet (2022-2023), à installer 4 stations dans les provinces de l’Estuaire sur le Komo, dans le Haut-Ogooué sur l’Ogooué à Lendandoungou, dans le Moyen-Ogooué à Lambaréné et enfin dans l’Ogooué-Ivindo à Booué.

Seules les entreprises non concernées par les mesures d’exclusion et d’incapacité peuvent soumissionner. « Les soumissionnaires doivent justifier aux fins d’attribution du marché, de leurs capacités juridiques, techniques et financières », précise l’appel d’offres. Les dossiers peuvent être retirés contre un paiement au trésor public d’un montant non remboursable de 400 000 FCFA. Ce paiement se fera sur présentation d’un ordre de recette délivré par la direction générale des marchés publics. Les candidats ont jusqu’au 4 juillet 2022 pour le dépôt de leurs candidatures.

Le financement de ces chantiers sera assuré par l’État gabonais mais des partenaires techniques et financiers pourraient être impliqués dans le projet. Il a aussi été souligné que ces stations hydrométéorologiques devraient permettre au Gabon de mieux surveiller les évolutions météorologiques de l’ensemble du territoire national. Une nécessité pour mieux développer les secteurs clés de l’économie comme l’agriculture.