La cérémonie de validation du passeport biométrique gabonais a eu lieu à l’hôtel Nomade de Libreville le dimanche 15 mai 2022, au cours de laquelle le Président de la Commission de la Cemac, Pr Daniel Ona Ondo, était auprès des autorités gabonaises, pour marquer « ce grand moment de la vie de la communauté ».

Le passeport Cemac a désormais une couverture totale du territoire communautaire. Le marché commun est enrichi et tous les Etats membres ont désormais adopté le passeport Cemac. La Ministre de la Défense Nationale, Félicité Ongouori Ngoubili, a présidé cette cérémonie. Le Ministre des Affaires étrangères, Michaël Moussa Adamo, y a également personnellement pris part. Le Directeur Général de la direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI) était également présent.

« Cet acte fort du gouvernement de la République Gabonaise traduit sa dévolution aux engagements pour une intégration plus forte et plus porteuse de changements positifs pour les ressortissants de la communauté. Le Gabon se conforme ainsi aux dispositions portant institution et conditions de gestion et délivrance du passeport biométrique Cemac.

Dans son allocution de circonstance, Pr Daniel Ona Ondo a exhorté les membres du gouvernement présents à « transmettre à son Excellence Monsieur le Président de la République (Ali Bongo Ondimba), notre reconnaissance, pour son implication personnelle à la cause de l’intégration ».

Précision a aussi été donnée sur l’intérêt et l’enjeu de l’initiative. « Le but de tous ces instruments juridiques est de lever les obstacles à la libre circulation afin de favoriser les échanges entre les Etats membres. Sachant que les individus peuvent désormais se déplacer et séjourner sans visa dans tout autre Etat de la Communauté pour une durée de 90 jours au plus ».

La collaboration entre la Cemac, les autorités et experts gabonais a permis d’aboutir à ce résultat. Le Président de la commission n’a pas manqué de le souligner. De prime abord, ce fut un long processus car c’est « le fruit d’un travail de longue haleine au sein de la DGDI et d’une collaboration avec les experts communautaires qui a commencé depuis le mois de mars 2019 ». 

En garant de la légalité communautaire, il a salué cette œuvre qui selon lui « fera certainement date dans l’espace Cemac ».  Il a émis le vœu que cette étape ouvre la voie à plusieurs évolutions substantielles vers la fluidification de l’intégration. C’est le cas de la suppression des autres obstacles (tarifaires et non tarifaires), la construction des postes frontières sécurisés afin que les corridors routiers stimulent le commerce intra régional.