Cette semaine, le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, le ministre du budget et des comptes publics Edith Ekiri Mounombi épouse Oyouomi et le directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor, Yann Koubdje, ont reçu les instructions du président de la République, Ali Bongo Ondimba, sur la nécessité d’accompagner la société Clean Africa pour une meilleure collecte des ordures ménagères.

Après cette réunion, la Primature a indiqué dans une note d’information que les autorités compétentes apporteront leur appui à la société Clean Africa en charge de la collecte des ordures ménagères, afin de renforcer ses équipements et sa capacité opérationnelle dans les meilleurs délais.

A constater en effet que depuis un certain moment, la capitale gabonaise a vu plusieurs de ses quartiers crouler sous des tas d’immondices des ordures ménagères. Une situation qui accroit significativement les risques de propagation des épidémies. D’où les instructions présidentielles qui, selon l’AGP, constituent un véritable soulagement pour les populations. De même que pour la société Clean Africa.

Notons pour mémoire que c’est le 29 octobre 2012 que les autorités gabonaises ont annoncé en conférence de presse l’entrée de l’Etat  dans le capital de SOVOG à la hauteur de 70%. En 2013, la Société des ordures ménagères du Gabon (SOVOG) va devenir la Compagnie pour L’Entretien, L’Assainissement et le Nettoyage (Clean Africa). Puis, en 2017, l’Etat Gabonais se renforce dans le capital de la société.

De janvier 2015 à juillet 2019 la mission de collecte des ordures a vu l’arrivée d’un nouveau prestataire privé si la gestion de la décharge reste du domaine exclusif de Clean Africa. Mais le 1er aout 2019, les autorités confient de nouveau à la société les missions de la collecte des déchets dans les communes d’Akanda, Libreville et le 3eme arrondissement de Ntoum. L’heure est donc à la mise en place d’un dispositif d’appui à l’entreprise afin qu’elle puisse répondre aux attentes de la population du Grand Libreville.