Vendredi dernier, le président de la Haute Autorité de la Communication (HAC), Germain Ngoyo Moussavou a été reçu à la Primature. Au centre des échanges, la présentation des missions et le fonctionnement de cette entité chargée de réguler la communication au niveau national.

Il a été souligné à l’issue de cette audience que nommé en mars dernier, Germain Ngoyo Moussavou est bien décidé à « agir et à sévir : assainir une profession noble où le grain a trop tendance à se mêler à l’ivraie. Autrement dit, séparer ce qui relève réellement du journalisme et ce qui n’en relève pas.... »

« Au Gabon, la presse jouit d’une grande liberté, plus que partout ailleurs en Afrique centrale et dans une bonne partie du continent. La Haute Autorité de la Communication a, entre autres, pour mission de garantir l’accès à une information de qualité, objective et bien régulée », a indiqué pour sa part la Primature dans un communiqué.

Rappel a été fait en outre que le Président Ali Bongo Ondimba a instruit le gendarme des médias gabonais de veiller au respect strict de la liberté de la presse, en s’assurant que celle-ci n’entrave pas celle des citoyens.

Successeur de Raphaël Ntoutoume Nkoghe, l’ancien directeur du quotidien L’Union, qui a fait ses études au Sénégal, en France, et au Canada,  a occupé plusieurs postes à haute responsabilité dans l’administration gabonaise, notamment celui de Haut-Commissaire à la Présidence, conseiller du président, haut-représentant du chef de l’État et directeur de cabinet adjoint du président Omar Bongo.