Pour le parti au pouvoir qui fête ses 54 ans d’existence, sa capacité à faire face à l’adversité est à l’image de son Président, Ali Bongo Ondimba, qui fait face aux épreuves de la vie sans fléchir. « En allant toujours de l’avant armé de ses convictions et de ses valeurs de tolérance, de dialogue et paix au service du Gabon ».

Concernant ses militants, le Parti Démocratique Gabonais souligne que le plus important est l’engagement sans faille derrière le leader au service des grandes ambitions qu’il nourrit pour le Gabon. « Cela sous-entend que le PDG a conscience de ses responsabilités et reste mobilisé pour défendre les valeurs qui fondent son action politique et sociale, à savoir l’unité nationale et la paix. Cette force, il la puise dans les valeurs ancestrales du peuple gabonais de concorde entre toutes les composantes ethniques de ce pays », a écrit l’Agence Gabonaise de Presse.

Au niveau des actions, le parti au pouvoir  soutient  qu’il tient compte des mutations sociale, économique, politique et culturelle du monde afin de les adapter à l’évolution de la société gabonaise. Ainsi, les actions visent à « impulser une dynamique de progrès et d’innovation qui se traduisent par des réformes audacieuses introduites dans le droit positif gabonais cette dernière décennie, notamment le statut de la femme, de la veuve et de l’orphelin ».

Le PDG est aussi soucieux de rester au contact des populations pour être un vecteur des politiques publiques mises en œuvre par le gouvernement. Loin d’être statique, le PDG incarne incontestablement l’action et l’énergie, a-t-on également souligné avant d’insister sur la nécessité d’avoir une forte capacité de résilience pour atteindre les objectifs fixés.

Enfin, pour la cohésion, il est question selon le parti de rester collé et fidèle à la politique d’ouverture du président vis-à-vis de tous les compatriotes animés par la volonté de travailler pour le Gabon. C’est ce qui se traduit par l’arrivée et le retour en son sein de compatriotes qui ont choisi de se joindre à l’action politique conduite par le chef de l’État. Notons qu’après Libreville, ce samedi, les manifestations en différé se poursuivront à l’intérieur du pays.