L’entreprise spécialisée dans les énergies vertes, Solen, a obtenu l’accord du gouvernement gabonais pour la mise en orbite du projet de centrale solaire photovoltaïque d’une capacité maximale de 120 mégawatts (MW) à Ayémé Plaine, à une trentaine de kilomètres de Libreville, la capitale du Gabon.

Le ministère de l’Energie et la société ont paraphé, le 11 mars 2022 à Libreville,  une convention d’investissement relative à la conception, au financement, à la construction et à l’exploitation de l’infrastructure énergétique dont la production viendra renforcer le réseau interconnecté de la capitale.

Selon les informations fournies, Solen aura à construire et exploiter une centrale photovoltaïque  en deux phases sur une période de 15 mois. Elle sera livrée en juin 2023. La première phase prévoit la construction d’un champ solaire d’une puissance installée de 60 MW à Ayeme Plaine, à 30 km de Libreville. La seconde phase assurera le reste de la production prévue.

« Ce projet entre dans le cadre de la mise en œuvre du PAT (Plan d’accélération de la transformation de l’économie gabonaise) s dont l’un des objectifs est d’accroître nos capacités de production de 250MW supplémentaires, tout en répondant à l’impératif d’intégration des énergies renouvelables dans notre mix énergétique », a tenu à souligner Alain-Claude Bilie-By-Nze, ministre d’Etat en charge de l’Energie.

Pour Solen, ce projet va contribuer significativement à concrétiser les ambitions du pays en matière de transition énergétique. « C’est une matérialisation de la vision des autorités gabonaises de diversifier les sources de production d’énergie en privilégiant le recours aux énergies renouvelables. Ce qui permettra de diminuer la consommation du diesel dans une situation où le Gabon veut principalement utiliser le gaz et le solaire pour la production de l’énergie électrique ».