Le marché gabonais des titres publics est devenu un terrain qui intéresse particulièrement les banques basées au Cameroun. D’après les informations de la Direction générale de la comptabilité publique et du Trésor du Gabon, cette tendance semble s’installer dans la durée.

Les volumes enregistrés à fin 2021 par les spécialistes en valeurs du Trésor (SVT) localisés au Cameroun sont supérieurs à ceux des SVT gabonais et représentent ainsi 78 % des montants servis au Trésor contre 22 % pour les SVT locaux. Si l’on se réfère à l’année précédente, la part des SVT locaux a baissé de 17,79 points, soit 22 % contre 39,79 % en 2020.

La Direction générale de la comptabilité publique indique que le montant total servi au Trésor public gabonais au cours de l’année 2021 provient en grande partie de 7 SVT. Ecobank Cameroun détient la plus grande part avec 17,50 %, suivi d’UBA Cameroun (14,82 %), Afriland First Bank Cameroun (13,26 %), CDC (11 %), Standard Chartered Bank Cameroon (8,13 %), Bgfibank Gabon (6,28 %) et Ecobank Gabon (6,40 %). Les autres SVT se partagent les 22,61 % restants.

Selon toujours les données en possession de la Direction générale de la comptabilité publique, l’État gabonais a mobilisé un montant de 1 051 milliards 663 millions de FCFA en 2021 contre 1 046 milliards 194 millions de FCFA en 2020, soit une progression de 0,52 %.

A noter par ailleurs que la Caisse de Dépôt et de Consignation (CDC) du Gabon a indiqué dernièrement que le pays devrait envisager de restructurer sa dette afin, à court terme, de limiter les pressions sur les liquidités, et aussi d’allonger à la fois les périodes de remboursement et le montant final des crédits. La CDC estime que cette mesure est nécessaire pour faire face aux besoins de financement, notamment des projets structurants qui doivent être mis en œuvre.