Dans sa note des perspectives économiques mondiales, la Banque mondiale (BM) annonce une croissance de 2.8% en 2022 pour le Gabon. Cette tendance devrait se poursuivre jusqu’en 2023. De même, dans l’Afrique subsaharienne en particulier et le monde en général, les prévisions sont à la hausse, malgré la crise sanitaire. 

Les années 2022 et 2023 prêtent à l’optimisme pour le Gabon, partant de toute l’Afrique subsaharienne, au regard des prévisions économiques de la Banque mondiale. Dans son rapport des Perspectives économiques mondiales, l’institution de Bretton Woods s’attend à une croissance économique du Gabon plus élevée par rapport à 2021 qui va s’établir à 2.8% en 2022 et à 3% en 2023. Pour l’Afrique subsaharienne, elle devrait reprendre légèrement pendant la période de prévision, pour s’établir à 3,6% en 2022 et 3,8% en 2023.

Selon un communiqué, ces chiffres représentent toutefois près d’un point de pourcentage de moins que la moyenne sur la période 2000-2019, conséquence des effets persistants de la pandémie et de la réduction des mesures d’aide, auxquels s’ajoutent l’incertitude en matière de politique publique et l’aggravation de l’insécurité dans certains pays.

Pour la Banque mondiale, le niveau élevé des prix des produits de base devrait favoriser la reprise à court terme dans la région, le Nigéria, l’Angola ou encore le Gabon profitant de l’augmentation des cours pétroliers et de l’assouplissement graduel des baisses de production dans les pays de l’OPEP+.

La pauvreté, l’insécurité alimentaire, la hausse des prix des produits alimentaires et les tensions géopolitiques, dont la lutte aurait été entravée par la pandémie de Covid-19, d’après la Banque mondiale, pourraient cependant peser sur la demande des consommateurs et limiter la croissance. Le Gabon doit ainsi suivre de près l’évolution des paramètres externes qui pourraient impacter ses perspectives de croissance.