Suite au récent incident enregistré au niveau de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (BICIG), le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Chargé des Droits de l’Homme, Erlyne Antonela Ndembet Damas, a dirigé récemment une réunion en présence de trois de ses collègues membres du gouvernement.

La réunion qui a vu la participation de trois ministres visait avant tout à réfléchir sur les mécanismes devant permettre aux huissiers de justice et aux agents des forces de l’ordre d’exécuter les décisions de justice, conformément à la loi. Plus globalement, il s’agissait d’identifier les pistes afin de mieux sécuriser les activités des investisseurs et des acteurs du secteur privé.

Le Ministre en charge de la Justice a présidé la réunion, sur instruction du Premier Ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, au cours de laquelle prenaient part les ministres Michaël Moussa Adamo de la Défense nationale, Nicole Janine Roboty Mbou de l’Économie et de la Relance, et Hugues Mbadinga Madiya du Commerce, des Petites et moyennes entreprises et de l’industrie. Etaient aussi présents le Procureur général, Romaine Makouaza Vandakambano, et le Procureur de la République, André Patrick Roponat.

Une analyse de la situation et des propositions de solutions ont été faites. Le ministre Erlyne Antonela Ndembet Damas a rappelé que la sécurisation du climat des affaires est déterminant pour la dynamisation de l’économie gabonaise. Un point spécifique concernant le métier d’huissier de Justice a été fait. Tout comme il a été envisagé d’initier des réformes en vue de renforcer ce corps de métier, a précisé au terme de la réunion Nicole Janine Roboty Mbou.

Il a également été préconisé le lancement de programmes de formations conjointes auxquelles devraient prendre part les huissiers de justice, les forces de sécurité et de défense ; pour leur permettre de s’approprier les procédures devant faciliter le bon déroulement des opérations d’exécution des décisions de justice. L’instauration rencontres régulières entre les différentes parties pour trouver des solutions durables a également été préconisée. 

Ces réunions verront la participation des acteurs du monde des affaires, notamment le Patronat et les syndicats de banques. De sorte qu’ils soient édifiés sur les procédures judiciaires et pourront apporter des propositions d’amélioration. « Surtout qu’il est important pour les acteurs concernés de savoir dans quel cadre les exécutions des décisions de justice interviennent. Il en va de la responsabilité du Gouvernement », a-t-on précisé.