La compagnie Perenco a annoncé dernièrement avoir lancé les commandes des équipements pour implanter une usine à Batanga, dans l'Ogooué Maritime, qui va permettre de produire 15 000 tonnes de gaz butane par an à partir de début 2023. Un projet qui s’inscrit dans le grand programme d’investissement de la compagnie pour cette année 2022 et qui devrait s’élever à 450 millions USD.

Adrien Broche, directeur général de Perenco au Gabon, a indiqué qu’au Gabon, le développement du gaz est devenu un enjeu majeur pour concilier une demande en énergie croissante et des engagements pour une protection maximale de l’environnement. Et sa compagnie a décidé d’accompagner le choix du pays de migrer du diesel au gaz, tant pour le transport que pour l’électricité.

Après son entretien avec le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, il y a quelques jours, le patron de Perenco Gabon a laissé entendre que les investissements programmés prévoient également le développement et la modernisation du terminal pétrolier de Cap Lopez. Une infrastructure que la compagnie a reprise au groupe français TotalEnergies pour un montant qui dépasserait les 300 millions de dollars. 

Toujours selon le DG de Perenco, les investissements prévus dans ce terminal en 2022 ont pour objectif de disposer d’un équipement à la pointe de la modernité et de s’offrir la possibilité de mutualiser l’activité de stockage et d’export du brut au Gabon. Il s’agit pour la compagnie d’’assurer une meilleure exploitation de ce terminal et d’accroitre significativement sa production au Gabon.

Rappelons qu’il y a trois mois, l’Etat gabonais a conclu un nouvel accord avec le pétrolier franco-britannique. Plus exactement, il s’agit de la signature de deux avenants au contrat déjà établi dans le secteur des hydrocarbures et qui visent à « mieux rentabiliser les ressources gazières et pétrolières du Gabon », comme il a été indiqué dans le communiqué.