Selon le Fonds Monétaire International (FMI), la croissance économique du Gabon devrait atteindre 1,5 % en 2021 et s'accélérer en 2022 pour atteindre 3 % à mesure que la reprise s’affirme. Mais l’institution de Bretton Woods a aussi noté que les perspectives d’une croissance forte, durable et inclusive reposent sur un assainissement budgétaire favorable à la croissance et des progrès continus dans la mise en œuvre des réformes structurelles.

Dans un communiqué publié ce mercredi, le FMI a indiqué que les autorités gabonaises et ses services ont fait des progrès significatifs dans les discussions sur les actions nécessaires pour achever la première revue du programme au titre du Mécanisme élargi de crédit, et sur les politiques économiques et réformes structurelles qui pourraient constituer la base du programme en 2022. Et les discussions se poursuivront au cours des prochaines semaines.

A savoir qu’une équipe des services du Fonds monétaire international, dirigée par Boileau Loko, s’est rendue au Gabon du 8 au 14 décembre 2021 pour mener des discussions sur la première revue de l’accord élargi au titre du Mécanisme Elargi De Crédit (MEDC), qui a été approuvé en juillet 2021.
A l'issue de la mission, l’équipe a déclaré que les discussions avec les autorités ont été fructueuses notamment sur  les mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre du programme.

Constat a été fait que l'économie se remet progressivement de la forte contraction de l’année dernière, aidée par la hausse des prix du pétrole, les mesures de lutte contre la pandémie et l’augmentation du taux de vaccination. La croissance économique devrait être plus robuste à partir de 2022 même si la reprise économique reste fragile et soumise aux risques liés à la pandémie et aux prix du pétrole.

Malgré les circonstances difficiles engendrées par la pandémie, les performances relatives aux objectifs quantitatifs du programme sont globalement satisfaisantes. L’évolution budgétaire semble être globalement conforme aux objectifs du programme. Toutefois, la mise en œuvre des réformes budgétaires et de gouvernance doit être accélérée afin de renforcer davantage les recettes intérieures et la gestion des finances publiques pour soutenir la reprise et améliorer la viabilité de la dette.

Les perspectives d’une croissance forte, durable et inclusive reposent, selon toujours le FMI, sur un assainissement budgétaire favorable à la croissance et des progrès constants dans la mise en œuvre des réformes structurelles. Les réformes sont encouragées pour renforcer le secteur bancaire, améliorer l’environnement des affaires, favoriser le développement du secteur privé et protéger les populations les plus vulnérables. Par ailleurs, la mission recommande le renforcement de la coordination dans la mise en œuvre du programme.