La jeune gabonaise Jacky Sorrel Bouanga Boudiombo (à gauche sur la photo) est post-doctorante en sciences physiques, spécialisée en chimie des matériaux. Ses recherches intitulées “Formulation et développement de médicaments : analyse systématique des solutions solides par co-sublimation” ont été sélectionnées lors de la 12ème édition du prix Jeunes Talents Afrique Subsaharienne L’Oréal - UNESCO Pour les Femmes et la Science.

Attirée dans un premier temps par des études de médecine, Jacky Sorrel Bouanga Boudiombo a finalement fait le choix d’étudier la chimie, qui lui offrait plus de flexibilité et d’innovation pour réaliser son objectif principal : améliorer la vie des gens. C’est la raison pour laquelle elle a fait le choix de consacrer sa carrière entière à la recherche scientifique et à l’amélioration de la médecine. En 2018, elle fait partie des cinq lauréats reconnus par l’École européenne de cristallographie pour la grande qualité de ses contributions aux cours de cristallographie et de science des matériaux.

De nombreuses maladies chroniques sont aujourd’hui traitées par des régimes pharmaceutiques prolongés combinant plusieurs médicaments synergiques ou complémentaires. Bien qu’efficaces, ces thérapies sont fastidieuses pour les patients et nécessitent des régimes d’administration stricts pendant une période prolongée. Les recherches de Jacky Sorrel Bouanga Boudiombo se concentrent justement sur le développement de nouvelles formulations de principes pharmaceutiques actifs approuvés pour faciliter leur administration thérapeutique.

Elle étudie en particulier les inhibiteurs de protéase tels que le Saquinavir, qui sont généralement utilisés en association avec d’autres médicaments contre le VIH afin de renforcer leur efficacité dans le métabolisme du patient. Réussir à formuler de nouveaux médicaments anti-VIH combinés dans un seul composant déboucherait sur de nouvelles formes multi-médicaments solides des principes actifs existants et contribuerait à améliorer la vie de nombreux patients atteints du virus. Les traitements pourraient être administrés plus facilement, tout en augmentant la sécurité thérapeutique et en facilitant l’observance des patients.

Jacky Sorrel Bouanga Boudiombo estime qu’il est nécessaire d’assurer une plus grande représentation et la promotion des sciences à l’école. Au Gabon, elle constate que les étudiants n’ont souvent pas accès aux laboratoires. Enfin, elle souhaite avant tout encourager davantage de jeunes filles à poursuivre une carrière scientifique.