Avec l’entrée en scène effective de la Zone Economique Spéciale d’Ikolo, le Gabon marque une fois de plus sa ferme volonté de réunir les conditions requises pour devenir une destination d’investissement de premier plan. Ce site vise dans un premier temps à attirer les investissements industriels dans le domaine où le pays possède un avantage comparatif certain : le bois.

C’est dans les locaux du Conseil National du Plan d’Accélération de transformation (CNPAT) que s’est déroulé le 29 novembre 2021 la cérémonie de signature de l’accord de développement de la ZES d’Ikolo entre l’Etat gabonais et l’aménageur GSEZ représenté par son Directeur Général, Kumar Mohan. 

Le gouvernement gabonais a été représenté pour l’occasion par le Ministre en charge de la promotion des Investissements, Carmen Ndaot, le Ministre en charge de l’Economie, Nicole Jeanine Lydie Roboty, et le Ministre Professeur Lee White en charge des Eaux et Forêts. Cet évènement fait suite à la promulgation du décret portant création et organisation de la ZES d’Ikolo et la signature en juillet dernier de l’accord entre le Gabon et le premier opérateur de la ZES Ikolo, la société Greenply Gabon.

Situé près de Lambaréné, la Zone Industrielle de Ikolo dont les travaux ont démarré en juillet 2021 compte actuellement deux entreprises industrielles que sont Greenply et Acewood, et prévoit d’ici 2022 l’implantation de cinq à six autres industries opérant dans la filière bois spécialisées dans les deuxième et troisième transformations et des entreprises opérants dans la filière agriculture.

En perspective, la zone prévoit de créer d’ici fin 2023 entre 1500 et 2000 emplois gabonais. Les promoteurs de ce site comptent en outre exporter 300 conteneurs de bois transformé par mois vers l'Europe et d’autres marchés, générant ainsi de la valeur ajoutée pour le pays.