Moov Africa-Gabon Telecom, dirigée depuis le mois d’octobre dernier par Zouheir Jorio, maintient son objectif d’accroître significativement le taux de couverture des services télécoms. Sa maison mère a consenti une enveloppe conséquente pour mener à bien cette mission et le DG a indiqué que cet investissement s’arrime aux ambitions de modernisation du Gabon.

D’après le Conseil de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), le taux de pénétration mobile au Gabon se situe actuellement à 171,34% pour une population estimée à moins de 2 millions d’habitants. Et pour Moov Africa-Gabon Telecom, ce pourcentage justifie son choix de miser sur une extension de la couverture. 

A rappeler que l’opérateur a annoncé en juillet dernier un investissement de 17,9 millions de dollars, soit un peu plus de 10 milliards de FCFA, pour améliorer la couverture du réseau et avec pour cibles prioritaires, d’ici à 2022, 141 villages gabonais et 600 km de routes. Ce programme, a-t-on indiqué, se conforme aux objectifs du Plan d’accélération de la transformation (PAT) de l’économie gabonaise pour la période 2021-2023.

Notons également que la filiale gabonaise du groupe africain des télécommunications Maroc Telecom mise désormais sur Zouheir Jorio pour piloter ce programme. Il a succédé à Abderrahim Koumaa, arrivé au Gabon en 2015. Selon nos informations, l’actuel patron de Moov Africa-Gabon Telecom, titulaire d’un diplôme en marketing obtenu à l’université Laval au Canada, connait bien la maison. Il a intégré Maroc Telecom au début des années 2000 pour diriger la division « terminaux et cartes » de l’entreprise. En 2013, il est nommé délégué régional d’entreprise de Maroc Telecom avant de devenir directeur régional en 2015.

Avant de prendre la tête de Moov Africa-Gabon Telecom, Zouheir Jorio était le patron de Moov Mauritel, l’opérateur historique des télécommunications en Mauritanie qui évolue dans le giron du groupe marocain depuis maintenant 20 ans. Il est souvent présenté comme un homme d’expérience et de rigueur qui met les ressources humaines au cœur de son dispositif de gouvernance.