L’entreprise Socoba-EDTPL qui pilote les travaux de réhabilitation de la route du boulevard Triomphal Omar Bongo de Libreville, prévoyait la fin du chantier pour fin novembre 2021. Mais le deadline ne sera probablement pas respecté. La société a tenu à donner quelques précisions sur l’avancement des travaux et les difficultés auxquelles elle fait face.

Le retard au niveau des travaux de réhabilitation de cette infrastructure routière de la capitale force les automobilistes à subir encore la congestion du trafic dans cette zone. L’axe boulevard triomphal Omar Bongo, d’une distance de moins de 5 kilomètres, avait atteint un niveau de détérioration très avancée. Une situation que l’entreprise n’a pas manqué de rappeler à certains membres de la presse dernièrement.

Pour remettre en l’état cet axe routier, l’entreprise Socoba-EDTPL avait déclaré en mars dernier qu’elle procéderait en deux phases. La première consiste  à remplacer en matériaux définitifs l’ouvrage hydraulique en face du Sénat ainsi qu’à appliquer les couches de revêtement. Des travaux que le Premier Ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, voulait de qualité et durables et exécuté dans les délais. La seconde est consacrée aux finitions.

Estimé à près de 8 milliards de FCFA prévu pour une réalisation de neuf mois, le chantier conduit par l’entreprise adjudicataire dirigée par Jean-Claude Baloche peine à être bouclé. Selon les dernières informations, il faudrait encore plusieurs jours de travaux avant la livraison. On table désormais sur fin décembre et la pression sur l’entreprise de BTP continue de monter. Du côté de la Primature, une voix autorisée a affirmé qu’un contact permanent est maintenu avec l’entreprise Socoba-EDTPL afin que les travaux soient finis le plus rapidement possible, sans que cela n’impacte sur la qualité des ouvrages. 

Rappelons que le Chef du Gouvernement avait déjà rappelé en août dernier aux entreprises de BTP « l’importance du respect des clauses contractuelles qui les lient avec l’État gabonais dans la réalisation des marchés relatifs à la réhabilitation des voiries urbaines de Libreville ».