Saïd Znaki, le patron de la Satram vient de rendre public le projet de lancement d’une ligne maritime directe qui reliera Casablanca, au Maroc, et Libreville, au Gabon. Le projet devrait être matérialisé d’ici le premier trimestre de l’année 2022. Selon les observateurs, la compagnie dévoile ses ambitions et compte en finir une bonne fois pour toute avec ses ennuis judiciaires qui ont sérieusement écorné son image.

« La compagnie maritime Satram veut tourner la page et s’inscrire dans de nouveaux projets de développement à long terme », a commenté un journal en ligne gabonais qui a aussi noté que la ligne en projet bénéficiera d’un bateau de la flotte d’une capacité de 1200 tonnes avec un transit time de 15 jours.

L’entreprise serait également en train de mener à terme un projet d’implantation d’un chantier naval à Libreville afin de construire  des bateaux (pousseurs, remorqueurs, chalutiers) de tailles moyennes. Une initiative industrielle que Satram entreprendrait en misant notamment sur l’expertise de plusieurs entreprises marocaines spécialisées dans le secteur.

« À terme, ce projet de chantier naval parie sur le transfert de technologies et d’un développement de la technicité de la main d’œuvre gabonaise. Aujourd’hui, Satram est résolument tournée vers l’avenir. Un avenir qui se veut grand et florissant tant il est chargée de belles perspectives et de projets d’envergure », soutient un cadre de la compagnie qui a confirmé l’information.

Certaines sources soutiennent pour leur part que la société a élaboré un calendrier s’étalant sur 18 mois pour la réalisation de ses projets phares et préparerait le dépôt d’un cahier des charges auprès de son ministère de tutelle afin de décrocher dans les meilleurs délais les autorisations nécessaires.