La 52ème session du Comité consultatif permanent des Nations Unies (CCP – UN) sur les questions de sécurité en Afrique Centrale s'est déroulée ce vendredi 26 novembre à Libreville. A cette occasion, le président Ali Bongo Ondimba a reçu une délégation composée du Représentant Spécial et Chef du Bureau Régional des Nations Unies pour l’Afrique Centrale, François Lounceny Fall, et des ministres des Affaires Étrangères des onze pays de l’Afrique Centrale. 

Les changements climatiques, la piraterie maritime, l’extrémisme violent, le terrorisme, la sécurité et l’égalité des genres ont été abordés lors de cette rencontre avec le chef de l’Etat gabonais ce vendredi. « Sur tous ces sujets, le Gabon est déterminé à remplir son rôle de pilier régional et continental au sein du conseil de sécurité de l’ONU », a déclaré ce dernier au terme de l’entrevue.  

Rappelons que la 51ème réunion des Experts du Comité Consultatif Permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique Centrale s’est tenue   du 25 au 27 mai 2021 à Bujumbura et a  été suivie par une session ministérielle en date du 28 mai 2021 sous la présidence du Burundi. Au terme de cette 52ème session à Libreville, le Burundi a transmis le témoin au Gabon qui prend ainsi la tête de ce comité.

C’est le 22 novembre dernier que les Experts du  Comité Consultatif Permanent se sont  réunis  dans la capitale gabonaise.  Cette session des Experts a préparé la 52ème Session  ministérielle qui s’est tenue le 26 novembre. Jessye Ella Ekogha, porte-parole de la Présidence de la République, a indiqué que cette réunion est une « occasion pour le Président Ali Bongo Ondimba de promouvoir la coopération régionale afin de lutter contre toutes les formes de menaces qui pèsent sur notre sous-région »

Le Gabon est considéré comme l’un des pays africains les plus actifs sur la scène internationale. En pointe sur les questions d’environnement, le pays est également un partenaire recherché sur les questions de sécurité. Le Gabon s’apprête d’ailleurs à occuper pour les deux années à venir (2022-2023) un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.