Le ministère gabonais en charge des travaux publics, de l’équipement et des infrastructures a organisé avec la Banque Africaine de Développement (BAD) un atelier du  financement du projet  d’appui au secteur des infrastructures Gabon (PASIG 1). Une occasion de mieux connaitre le contour de ce programme qui vise à améliorer le réseau routier national. C’est sous le patronage du Premier ministre Rose Christiane Ossouka que le programme en appui aux secteurs des infrastructures au Gabon, inscrit dans  le Plan d’accélération de la transformation (PAT), a été officiellement lancé le 17 novembre 2021 à l’hôtel le Nomade à Libreville. 

Selon Robert Masumbuko, représentant résident de la BAD, le Gabon a pris le temps de préparer ce programme pour le PAT. Le programme contient plusieurs composantes essentielles dont les voiries. « Une des conditions essentielles c’est que l’État reste en contrôle du processus et assure l’appropriation des études. Les routes tiennent évidemment un place de choix dans le programme », a-t-il ajouté.  

D’après les promoteurs du programme, l’objectif est double. D’une part relier les pôles d’activités économiques à l’intérieur du pays et d’autre part  s’arrimer à l’intégration sous régionale en zone Cemac en y facilitant la libre circulation des personnes et des biens.  « C’est une des traductions concrètes de l’engagement du président de la République de faire  de la recherche du bien être des Gabonais sa préoccupation première », a soutenu Léon Armel Bounda Balonzi, Ministre des infrastructures et des équipements.

Pour réaliser les différents  objectifs de ce programme, une vingtaine d’études seront réalisées. Toussaint Nkouma Émane, chef de projet PASIG 1, a souligné que les études visent avant tout la maitrise des projets et des coûts. Evalué à près de 90 milliards de FCFA, les chantiers programmés vont contribuer, entre autres, au désenclavement de la province de la Ngounié ainsi que la  réduction  des  temps  et  coûts  de  transport  sur  le  corridor  Libreville-Brazzaville. 

Le programme vise également à améliorer l’efficacité de la chaîne logistique de transport en réduisant les coûts d’acheminement des produits transportés sur la liaison Libreville-Brazzaville et améliorer les conditions de déplacements dans la capitale gabonaise. Il contribuera en outre à l’amélioration de l’accès des populations de la zone d’influence du Projet (ZIP) aux infrastructures socio-économiques.