En séjour à Paris dans le cadre notamment de sa participation aux festivités marquant le 75ème anniversaire de l’Unesco, dont le siège se trouve dans la capitale française, le président gabonais Ali Bongo Ondimba a aussi été reçu à l’Elysée ce vendredi par le président français Emmanuel Macron.

« Ravi d'avoir échangé en tête à tête avec le Président Emmanuel Macron que j'ai remercié pour son accueil très amical et chaleureux ce vendredi à l’Elysée » a publié le numéro un gabonais sur sa page Facebook. Ali Bongo Ondimba qui a aussi noté que « la relation singulière entre le Gabon et la France est historiquement forte ». Manière pour lui de faire taire les rumeurs suite notamment à l’initiative gabonaise de rejoindre le Commonwealth. 
 
Selon le chef de l’Etat gabonais, les relations franco-gabonaises doivent désormais se consolider sur  des thématiques fortes, qu’il qualifie de prioritaires, comme la lutte contre le réchauffement climatique et la protection de l'environnement, la place des femmes dans la société ou encore la nécessité du multilatéralisme pour un monde plus pacifié et équitable, etc. « Cette relation est appelée à se renforcer plus encore à l'avenir », a-t-il conclu.

A savoir que ces dernières années, les relations entre les deux pays ont connu des hauts et des bas. Qualifié par le passé de berceau de la Françafrique, le Gabon a choisi depuis le début de la décennie précédente de diversifier ses partenaires dans le cadre d’une politique privilégiant la diplomatie économique, tout en marquant sa volonté de maintenir un lien fort avec l’ancienne puissance coloniale. 

Selon le ministère français en charge des Affaires étrangères, « le Gabon et la France entretiennent une relation marquée par des échanges étroits. La coopération civile entre la France et le Gabon est dense (éducation, environnement, recherche scientifique, santé) ». Avec une part de marché de 27 %, la France reste le premier fournisseur du Gabon, devant la Belgique et la Chine. Les exportations françaises vers le Gabon se concentrent autour de trois pôles : équipements mécaniques et matériel électrique, agroalimentaire et produits agricoles (28 %) et pharmacie et cosmétiques (20 %). Les importations françaises concernent les hydrocarbures (55 % des importations), mais également la filière du bois et le manganèse.