L’Ecole nationale d'arts et manufactures (Enam) doit aborder une nouvelle étape de son histoire et devrait relever de nouveaux challenges. Le ministère de la Culture et des Arts, par la voix de son secrétaire général, a donné quelques éclairages sur les projets du gouvernement gabonais pour donner un nouveau souffle à l’établissement.

On sait ainsi qu’avant 2025, le gouvernement, en se conformant au Plan de cadrage macroéconomique et budgétaire 2022-2024, prévoit d’investir  8,8 milliards de FCFA au profit des départements de la culture et des arts. C’est dans ce cadre que les responsables vont acter la régénération de l’Ecole nationale des arts et manufacture. 

L’établissement s’est significativement dégradé sur tous les plans depuis de nombreuses années. Une situation qui a conduit, Rano Michel Nguema, le directeur de l’école, à déclarer qu’il serait préférable d’acter sa fermeture. Il a surtout mis en avant la vétusté de l’établissement. Suite à cela, le gouvernement a donc décidé de réagir et projette de redonner ses lettres de noblesse à l’Enam dans le trois prochaines années.

Pour rappel, l'assemblée générale de la Fédération nationale des syndicats des secteurs de la culture et des arts a tenu dernièrement sa réunion. Une opportunité pour les différents membres de s'imprégner de l’avancement du dossier des recrutements des sortants de l'Enam et aussi d’échanger sur la situation de cette dernière.

On sait en outre que les responsables comptent miser sur les partenariats pour arrimer l’établissement aux meilleurs standards. Ce projet aurait a été évoqué lors du séjour au Gabon du directeur général de l'ICESCO, l'organisation du monde islamique pour l'éducation les sciences et la culture, qui a été reçu au cabinet de travail du ministre de la Culture et des Arts. Le Dr Salim Almalik et le ministre Michel Menga M'Essone ont longuement échangé sur les pistes de coopération entre cet organisme et le Gabon.