Adoptée le 13 septembre 2021, la loi s'inscrit dans les engagements internationaux du Gabon en la matière et vient renforcer la politique climatique du pays, à travers des mécanismes innovants au niveau national et international.

Selon le ministère de tutelle, cette loi a pour objectif de promouvoir un climat sûr et sain pour la planète en général et en particulier pour les populations gabonaises présentes et futures, et vient contribuer à la résilience au sein de la sous-région, face à ce fléau qu’est le changement climatique et qui constitue une menace pour l’humanité. Ladite loi s’appliquera sur l’ensemble du territoire gabonais et couvrira les secteurs ayant un impact sur les changements climatiques.

« La politique climatique visée par la présente loi et son élaboration prévoit la mise en oeuvre d’un système national de quotas d’émissions de gaz à effet de serre et dont les émissions pourront être mesurées, déclarées et vérifiées avec précision ainsi que la mise en place d’un système de compensation carbone.  Le cadre du marché de crédit carbone gabonais y est défini et la validation d’un Plan National d’Adaptation aux Changements Climatiques de façon régulière y est prévue », a-t-on indiqué.

 Selon le président du Centre mondial pour l'adaptation (GCA), le Professeur Patrick Verkooijen « l’adoption de cette nouvelle loi sur le climat renforce le leadership du Gabon […], nous devons accélérer rapidement l'adaptation pour assurer la sécurité des personnes et tirer parti des avantages d'une croissance résiliente et d'une reprise verte. La nouvelle loi gabonaise sur le climat traduit une action ambitieuse […]. Je suis sûr qu’elle permettra également d’attirer l'attention du monde, et inspirera des actions renforcées à l’échelle mondiale ; ce qui est de plus en plus nécessaire. »

 Pour le Secrétaire Permanant du Conseil National Climat, M. Tanguy Gahouma  « ce sont plus de 30 ans de politique qui ont préservé nos forêts. Ce n'est pas un processus naturel : c'est une vision. Il ne reste plus de temps à perdre, notre marché de crédit carbone doit démarrer pour continuer la poursuite de nos objectifs de développement économique durable et sobre en carbone, pour le bien-être de nos populations. Ceci est la principale volonté du Chef de l’Etat. »

 Le ministre des Eaux et Forêt, le Professeur Lee White a indiqué que  le Gabon est surement l’un des pays les plus dynamique dans le volet carbone en absorbant plus de 100 millions de tonnes de CO2 net chaque année dans les forêts protégées et gérées de manière durable. « Cette ordonnance maintiendra le Gabon carbone positif jusqu'en 2050 et au-delà. »