Le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda s’est entretenue ce jeudi 5 août avec le Secrétaire général exécutif du Bloc Démocratique Chrétien (BDC), Guy Christian Mavioga. Suite à cette rencontre, le chef du gouvernement a souligné que ce sont les partis politiques qui rendent vivante notre démocratie. 

« Pour continuer à bâtir un Gabon fort et prospère, autour du Président de la République Ali Bongo Ondimba, il est nécessaire d'opérer le rassemblement le plus large possible et de pratiquer l'ouverture. C'est la mise en pratique de la politique de la main tendue préconisée par le Chef de l'Etat », a aussi fait savoir le Premier ministre lors de cet entretien politique qui s’est tenu au lendemain de la rencontre entre le Chef de l’Etat et ses conseillers politiques. « Cette rencontre a été l’occasion d’échanger sur les préoccupations des populations ainsi que les propositions faites afin d’améliorer significativement les conditions de vie de nos compatriotes », a-t-on indiqué à l’issue de cette réunion.

Rappelons que le Premier ministre a aussi reçu, le lundi 26 juillet à la Primature, une délégation de membres du Bureau politique du Parti Démocratique Gabonais du 4ème arrondissement de Libreville. L'occasion a été mise à profit pour « évoquer ensemble les attentes prioritaires des populations, que ce soit en matière d'emploi, d'infrastructures ou de qualité de la vie d'une manière générale ». Rose Christiane Ossouka Raponda qui a déclaré après l’entretien que « comme nous l'a demandé notre Président et Chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba, c'est solidaires et unis que nous ferons réussir notre parti mais avant tout notre pays ». 

Quelques semaines plus tôt, fin juin, c’est une délégation de parlementaires de la province de l’Ogooué-Ivindo qui a été reçue à la Primature. Une rencontre tenue suite aux événements intervenus le 25 mai dans le département de la Zadié. Les Parlementaires, à la demande du Premier ministre, ont effectué une mission après celle des Ministre sécuritaires pour y ramener le calme. Ils ont remis leur rapport faisant état des attentes prioritaires des populations en matière de conflits homme-faune, mais également, d’infrastructures (routes, centres de soins, écoles...).