Le Gabon, comme le Cameroun, en tant que pays fournisseur de contingent de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), a réaffirmé sa volonté et son engagement à continuer d’œuvrer pour soutenir le processus de paix en République centrafricaine (RCA). 

Cet engagement a été exprimé durant les rencontres entre les autorités militaires gabonaises et camerounaises avec le Commandant de la Force de la MINUSCA, le Général Sidiki Daniel Traoré, à l’occasion de la mission officielle qu’il a effectuée dans ces deux pays du 12 au 22 août 2021.  « Les deux pays ont récemment consenti des efforts financiers conséquents pour renouveler les équipements majeurs de leur contingent », a indiqué le porte-parole de la Force, le Lieutenant-colonel Abdoul Aziz Fall, rappelant au passage que le contingent gabonais est à Alindao. 
 
Lors de la conférence de presse hebdomadaire du mercredi, le porte-parole militaire a également indiqué que les échanges avec les autorités militaires gabonaises et camerounaises ont permis d’exprimer la reconnaissance de la MINUSCA pour la contribution des deux pays à la paix en RCA, mais aussi de communiquer sur les attentes de la mission en vue du déploiement des futurs casques bleus.  

Au chapitre des droits de l’homme, le porte-parole a indiqué qu’au cours de la période du 17 au 23 août 2021, la mission a documenté 31 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté au moins 71 victimes. La mission note par ailleurs une augmentation du nombre d’incidents (121%) et de victimes (173%) par rapport à la semaine précédente (14 incidents, 26 victimes), précisant que les auteurs présumés sont les groupes armés ainsi que les forces de l’Etat et d’autres personnels de sécurité. 

De son côté, le porte-parole de la Police de la MINUSCA, le Commissaire Serge Ntolo Minko, a déclaré que dans le cadre de son appui opérationnel, les états-major intégrés de la Mission conjointement avec les forces de sécurité intérieur, poursuivent les patrouilles diurnes et nocturnes sur les différents artères et carrefours sensibles de Bangui et en régions. Cette posture renforcée et dynamique, a permis l’interpellation de « 258 auteurs d’infractions sur le territoire national, contre 217 » la semaine dernière.