Dans le cadre de la préparation du Sommet sur les systèmes alimentaires, programmé en septembre prochain, sous l’égide des Nations-Unies, le Gabon a tenu des assises de trois jours à ce sujet afin d’approfondir la thématique pour en connaitre les priorités à retenir, récolter les avis des différentes parties prenantes et présenter des propositions à l’occasion de ce rendez-vous international.

Les concertations nationales sur les systèmes alimentaires qui se sont déroulées à Libreville avaient pour objectif de recueillir les constats et les idées de toutes les composantes de la société gabonaise en vue d’élaborer des propositions qui seront soumises à la communauté internationale. La rencontre s’est tenue à la salle de l’Agri café du ministère de l’Agriculture.

Le sommet sur les systèmes alimentaires du 26 au 28 septembre 2021 à New-York (États-Unis), organisé par l’Organisation des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) figure en ligne de mire des assises qui ont été ouvertes par le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda en présence du ministre de l’Agriculture Biendi Maganga Moussavou et du Coordonnateur résident du système des Nations -Unies, Elder Muteia.

L’occasion a été saisie par les différents intervenants pour rappeler que la crise sanitaire a impacter significativement sur la production locale et que la rencontre devait être mise à profit pour penser les moyens d’un système alimentaire basé sur l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire, mais aussi, à développer une politique agricole écoresponsable.

“Ces rencontres sont opportunes quand on connaît le rôle déterminant joué par les jeunes, femmes et hommes qui vivent en milieu rurale pour accroître l’offre des produits alimentaires, affronter les effets pervers des changements climatiques et garantir des moyens d’existence décente. Au regard de cette situation, les présentes assises visent donc à réfléchir à la mise en place de nouveaux systèmes alimentaires à la lumière des défis multiformes que connaît notre pays », a déclaré le chef du gouvernement dont les propos ont été relayés par l’Agence Gabonaise de Presse.

Pour le ministre de l’Agriculture, la concertation nationale permet de déboucher sur des propositions concrètes et constructives pour « une amélioration de notre système alimentaire, en vue de satisfaire les besoins de nos populations tout en sauvegardant nos écosystèmes, conformément à la volonté du chef de l’Etat ». Biendi Maganga Moussavou qui a également souligné que les conséquences de la crise sanitaire et du dérèglement climatique nous obligent en tant que société, à redéfinir nos modes de production pour adopter des systèmes alimentaires plus résilients et respectueux de l’environnement.