Dans un communiqué, les représentants du Parti Démocratique Gabonais (PDG), qui ont participé le 6 juillet 2021 au Sommet des dirigeants du parti communiste chinois et des partis politiques du monde organisé par le Parti communiste chinois (PCC) par visioconférence axés sur le thème « Pour le bien-être des peuples : la responsabilité des partis politiques », a présenté leurs engagements. Gabon Newsroom reproduit ci-après un extrait de la déclaration de cette formation politique à cet effet.
 
« Nous notons que le monde d'aujourd'hui traverse des changements complexes et profonds, alors que la tendance à la mondialisation économique continue de progresser, que la science et la technologie se développent à une vitesse incroyable et que les interactions entre les civilisations deviennent de plus en plus fréquentes. La poursuite du bien-être des peuples de tous les pays est étroitement liée comme jamais auparavant, associée à la fois à des opportunités historiques, à des risques et à des défis.

La survenue de Covid-19 nous a une fois de plus, appris que l'humanité vit dans un seul et même village planétaire qui évolue en une communauté d'avenir partagé. Les difficultés et les défis auxquels l'humanité est confrontée ne peuvent être résolus que par la solidarité et la coopération. Les Partis politiques, en tant que fer de lance des politiques nationales et défenseurs des intérêts de la population, jouent un rôle important dans la vie politique des pays. Dans les nouvelles circonstances historiques, il est de la responsabilité partagée et de l'objectif commun des Partis politiques d'assurer le bien-être de leur propre peuple dans un sens véritable et de permettre l'atteinte du bien-être de tous vers une vision harmonieuse de la prospérité pour tous.
 
Des efforts doivent être consacrés à la promotion des valeurs partagées par toute l'humanité, à savoir la paix, le développement, l'équité, la justice, la démocratie et la liberté. La tendance historique vers une plus grande démocratie dans les relations internationales doit être suivie et le multilatéralisme doit être maintenu afin que les relations soient fondées sur un terrain d'entente, le respect mutuel et l'apprentissage mutuel.
 
Le principe de respect mutuel, d'équité, de justice et de coopération gagnant-gagnant doit être respecté en tant que guide des interactions entre et parmi les pays. Une approche commune, globale, coopérative et durable de la sécurité doit être poursuivie. Des efforts concertés doivent être déployés pour construire un monde ouvert, inclusif, propre et beau qui bénéficie d'une paix durable, d'une sécurité universelle et d'une prospérité commune. Ainsi, la communauté internationale ira de l'avant dans l'effort de construire un avenir commun et une force politique plus forte se rassemblera pour le développement et le progrès humains.
 
Pour un développement harmonisé
 
Des mesures proactives doivent être prises pour mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies, notamment l'harmonisation des stratégies de développement, la coordination des politiques macroéconomiques et une plus grande coopération mondiale en matière d'innovation technologique. Le système commercial multilatéral dans lequel l'Organisation mondiale du commerce joue un rôle central doit être préservé pour promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et de l'investissement.
 
La coopération infrastructurelle et industrielle doit être approfondie pour assurer la stabilité et le bon fonctionnement des chaînes industrielles, des chaînes d'approvisionnement et de l'environnement de financement, vers un niveau plus élevé d'interconnectivité. Ainsi la mondialisation économique deviendra plus ouverte, inclusive, équilibrée et bénéfique pour tous et le développement mondial sera plus juste, plus efficace et plus coordonné.



 
Les Partis politiques doivent considérer la réalisation de « l'équité intergénérationnelle » comme objectif et mission pour réaliser la vision de l'harmonie entre l'homme et la nature. Les principes de priorisation de la conservation des ressources, de la protection de l'environnement et de laisser la nature se restaurer doivent être respectés. Des modes de vie et de production verts, à faible émission de carbone, circulaires et durables doivent être poursuivis pour créer un écosystème où tous les éléments coexistent en harmonie.
 
Un soutien actif doit être fourni aux pays en développement sous la forme, entre autres, de capital, de technologie et de renforcement des capacités afin qu'une force combinée puisse être renforcée pour faire face au changement climatique, à la pollution marine, à la conservation biologique et à d'autres problèmes environnementaux mondiaux. Par conséquent, un système mondial de gouvernance environnementale caractérisé par l'équité, l'équité et la coopération gagnant-gagnant prendra forme avec une communauté de vies homme-nature avec un avenir commun.
 
Le peuple au cœur des enjeux
 
La philosophie consistant à donner la priorité aux peuples et à leur vie doit être appliquée en plaçant la vie et la santé des peuples en tête du programme de développement et en veillant à la pleine prise en compte des facteurs de santé dans l'élaboration des politiques. Avec l'objectif de services de santé tout au long de la vie pour tous, le besoin croissant des peuples de services de santé sûrs, efficaces, pratiques et abordables doit être satisfait.
 
La science et la coopération doivent être identifiées comme des moyens fiables pour vaincre le virus et nous sortir des maladies. Il faut s'opposer à la politisation de la pandémie et à la stigmatisation du virus. Les pays en développement dont les systèmes de santé publique sont vulnérables doivent obtenir l'aide nécessaire pour renforcer leur capacité de réponse. Par conséquent, le système de gouvernance mondiale de la santé publique s'améliorera ainsi que les progrès dans la construction d'une communauté de la santé pour tous.
 
Les principes d'égalité, de respect, d'ouverture et d'inclusion doivent être observés pour dépasser les différences entre les civilisations et les idéologies pour la protection de la diversité des civilisations du monde. Toutes les civilisations doivent et peuvent trouver leur juste place dans le trésor intellectuel de l'humanité.
 
Les dialogues et les échanges entre les civilisations doivent être encouragés par des interactions et une coopération interpersonnelles intensives dans les domaines de l'éducation, de la science, de la culture, du sport, du tourisme et entre les groupes de réflexion. Les interactions entre les divers groupes sociaux de tous les pays doivent être encouragées afin d'améliorer la compréhension et l'appréciation entre les diverses civilisations et d'en tirer un aperçu et une inspiration. Ainsi, différentes civilisations coexisteront en harmonie avec le développement innovant de civilisations individuelles.
 
Les problèmes d'intérêt immédiat pour la population doivent être traités efficacement en promouvant l'établissement d'institutions et l'état de droit dans la société, en améliorant les politiques sociales et les services publics, et en promouvant la justice judiciaire et l'égalité dans la répartition des revenus.
 
Des efforts redoublés doivent être déployés pour lutter contre la corruption, renforcer la coopération internationale contre la corruption et promouvoir la mise en place de gouvernements propres et compétents. Diverses mesures doivent être adoptées pour améliorer les conditions de développement des démunis, notamment des politiques fiscales et financières, l'éducation et la formation et un soutien spécifique à l'industrie. Par conséquent, la réduction de la pauvreté deviendra plus autonome, bien ciblée et axée sur les résultats. En attendant, une plus grande attention et une plus grande contribution doivent être consacrées à la coopération internationale sur la réduction de la pauvreté. Il faut mettre davantage l'accent et soutenir davantage la réduction de la pauvreté dans tous les pays, en particulier les pays en développement.

 



Gouvernance et coopération
 
Une attention suffisante doit être accordée pour relever les défis de la création de Partis provoqués par la vague de numérisation et d'applications informatiques en améliorant le partage d'expériences et la coopération en matière de gouvernance et en explorant constamment des moyens efficaces d'améliorer la création de Partis dans les nouvelles circonstances. L'efficacité de la gouvernance sociale doit être renforcée pour garantir une performance holistique et coordonnée de celle-ci. Par conséquent, la capacité de gouvernance à partir des perspectives de participation, de délibération et de prestation pour le bien-être de la population s'améliorera. Une plus grande contribution sera apportée à la résolution des problèmes de développement auxquels l'humanité est confrontée.
 
La philosophie de la consultation extensive, de la contribution conjointe et des bénéfices partagés doit être maintenue. L'ordre et le système internationaux fondé sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies doivent être collectivement protégés. Le statut et le rôle du droit international dans le système de gouvernance mondiale doivent être élevés. Les règles internationales doivent être effectivement observées et pratiquées afin que la primauté du droit s'exerce dans le domaine international.
 
Des efforts conjoints doivent être consacrés à l'exploration de la mise en place de systèmes politiques et institutionnels adaptés à la nouvelle révolution technologique et à la transformation industrielle afin que les innovations technologiques puissent être accessibles, partagées et utilisées par un plus grand nombre de pays et leur population. Ainsi, le processus de réforme du système de gouvernance mondiale deviendra plus équitable, ouvert, transparent et inclusif et les droits et intérêts de tous les pays seront pleinement garantis.