« Le silence des femmes », réalisé par Melchy Obiang, a été produit par les Studios Montparnasse. Diffusé en avant-première il y a quelques jours au Gabon, le film traite en 1h 35 minutes de la problématique du silence autour des violences faites aux femmes à travers l’histoire de Minelle.

Le nouveau film de Melchy Obiang participe à un combat, celui de dénoncer les violences dont de nombreuses femmes sont victimes. Il a été présenté au public, le samedi 5 juin dernier, en présence du ministre délégué à la Communication, Mme Gisèle Akoghet.

Minette, l’actrice principale, mariée sous l’influence de sa mère et de son pasteur, au lendemain de l’obtention brillante de son baccalauréat, devant la conduire à l’étranger pour des études de médecine, se fait violenter par son époux le nommé “Constant”. Battue et isolée par ce dernier, avec le silence complice de son entourage, la jeune femme cherche désespérément une issue pouvant la sortir vivante de cet enfer. Une situation qu’elle subit pendant longtemps dans son foyer, jusqu’au jour où elle se retrouve sur un lit d’hôpital.

La violence est une situation vécue dans le silence par plusieurs femmes. C’est sur ce constat que le réalisateur Melchy Obiang invite les femmes, à travers sa production, à “briser le silence”. “De nombreuses femmes sont victimes de violences conjugales, mais ont peur de parler. Pourtant un seul coup de fil suffit déjà à dénoncer. Que chacun de nous ici présent soit porteur du message pour que le silence soit brisé “, a soutenu le réalisateur dont les propos ont été relayés notamment par l’Agence Gabonaise de Presse (AGP).

Satisfaite et enthousiasmée par la réussite de l’avant-première de ce film, la marraine de l’événement, Mme Monique Malekou épouse Moussadji, n’a pas manqué de faire passer un message d’espoir aux femmes pour que cesse ce phénomène grandissant dans nos sociétés. “Les femmes soyons unies et aidons-nous à combattre ces monstres froids, aux apparences d’hommes parfaits ou d’anges. Dénonçons-les, ne nous laissons plus abattre. Il faut que tout ceci cesse “, a-t-elle lancé.

“Le silence des femmes” a été présenté pour la première fois le vendredi 4 juin au Ghana puis, le lendemain, au Gabon. Le film sera aussi diffusé au Sénégal, en Tunisie et au Maroc. Rappelons que le Melchissedel Obiang Zue est né le 18 juin 1974 à Bitam au Gabon. Il s’est fait connaitre pour la première fois grâce à la série Kongossa (2003 à 2009) avant de sortir le court métrage intitulé La pancarte (2010). Viendront par la suite quatre long métrages : L’amour du diable (2011), Le cœur des femmes (2012), Un mariage à 5 (2013) et la puissance de la foi (2014). La colère des ancêtres, réalisé en 2014, est son cinquième long métrage.