Le président Ali Bongo Ondimba a reçu ce mercredi 9 juin des responsables politiques de tous bords, de la majorité comme de l'opposition, pour « un dialogue franc et constructif », comme l’a qualifié le numéro un gabonais lui-même dans une publication partagée sur les réseaux sociaux. 

« Je le répète, je suis prêt à accueillir toutes celles et tous ceux, d'où qu'ils viennent, qui souhaitent apporter leur pierre à la construction d'un Gabon meilleur. La politique, c'est créer de l'union, non de la division. Ensemble, on est plus forts ! », a aussi affirmé Ali Bongo Ondimba qui, par cette initiative, acte l’heure du rassemblement pour que le Gabon puisse mener les actions de développement dans l’unité.

La rencontre entre le chef de l’Etat et les acteurs politiques a rapidement été relayée par les médias gabonais et suscité nombre de commentaires. La photo de l’ancien premier ministre devenu opposant, Jean Eyeghe Ndong, au Palais du bord de mer a été abondamment partagée. Les uns y voient une initiative salutaire si d’autres souhaitent attendre la suite avant de se prononcer.

Selon un observateur averti de la scène politique gabonaise, l’audience de ce mercredi aura forcément un avant et un après. Pour lui, le geste du président de la République est un signe fort qu’il faudrait exploiter à bon escient afin que notre pays puisse avoir la nécessaire sérénité pour atteindre ses objectifs en matière de développement. 

Pour Jean Eyeghe Ndong, les divergences politiques ne doivent pas empêcher les acteurs de premier plan de la vie nationale de se parler. « Tout ce que nous faisons, tout ce que nous réalisons est pour le bien des Gabonaises et des Gabonais. Ce qui nous unit en tant que Gabonais est autrement plus fort que tout ce qui est utilisé comme ferment de la division, de la dispersion, de l'effritement social et qui ne peut avoir comme finalité et résultat que l'instabilité et la régression », aurait aussi déclaré l’un des plus proches compagnons de Jean Ping que certains voient déjà à la vice-présidence de la République.