Réussite de la deuxième Mission économique et commerciale de la Francophonie (MEAC), dont la première étape s’est déroulée du 6 au 8 juillet à Libreville, la capitale du Gabon, sous le thème « Faire des affaires au Gabon avec des entreprises de l’espace francophone ».

Diplomatie d’affaires, échanges sur le futur économique du Gabon et de la région, exposition et visites de sites ont marqué la deuxième Mission économique et commerciale de la Francophonie (Meac) pour sa première étape dans la capitale gabonaise. Durant trois jours, rencontres business to business (B to B), conférence, ateliers thématiques et visites des entreprises locales ont rythmé les journées d’environ 250 entreprises locales et plus de 110 entreprises et acteurs économiques provenant de plus de 30 pays. 

Selon Geoffroi Monpetit, administrateur de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), le renforcement des liens d’affaires entre les régions et les pays de l’espace francophone, la mise en connexion entre toutes les parties prenantes, depuis les responsables publics jusqu’aux organisations d’intégration régionale en passant par les plateformes patronales, les chambres d’industries et de commerce, les entrepreneurs, est devenu incontournable.

Et le chef de délégation de l’OIF d’ajouter qu’une nouvelle stratégie économique pour la Francophonie, pour la période 2020-2025 est en cours de mise en œuvre. Cette dernière a pour but d’intensifier les échanges commerciaux et des investissements dans cet espace. Et les missions économiques et commerciales « s’inscrivent dans la dynamique de la transformation de l’OIF engagée par la Secrétaire générale dès son entrée en fonction ».

L’Agence Gabonaise de Presse a rappelé pour sa part que la mission a été axée sur trois secteurs, à savoir, l’agro-industrie, de l’énergie renouvelable et des biens et services. Une occasion pour le Gabon de présenter aux entreprises francophones à la recherche des portes d’entrée, sa grande palette d’opportunités d’affaires et d’investissements dans plusieurs filières à fort potentiel de création de richesses, de valeur ajoutée et d’employabilité pour les jeunes et les femmes.

Pour le ministre du Commerce, Yves Fernand Manfoumbi, le Gabon considère les événements de ce genre comme une perspective positive de réamorçage global et de captation des opportunités présentées par l’Espace francophone. Le membre du gouvernement qui a aussi appelé à une « coopération transparente et constructive, conduisant à la réalisation d’infrastructures de dernière génération, et à l’échange de co-investissement renforçant le développement de l’intérêt qui nous est commun à tous ».

Le ministre en charge de la Promotion des investissements, Hugues Mbadinga Madiya, a déclaré pour sa part qu’à travers sa stratégie économique de diversification et de transformation, le Gabon, qui dispose de divers atouts, entend non seulement booster sa croissance, mais également attirer de nouveaux investisseurs internationaux.