Le Gabon peut miser davantage sur les nouvelles découvertes de gisements de pétrole pour financer son programme de relance et de transformation de l’économie. En mai dernier, Panoro Energy a découvert un puits sec dans le cadre des activités de forage du puits d’évaluation DHIBM-2 du permis en production de Dussafu. La campagne de forages de la compagnie se poursuit.

Le Gabon occupe le 5ème rang des producteurs pétroliers en Afrique Sub-saharienne, après le Nigeria,  l’Angola, le Congo (Brazzaville) et la Guinée Equatoriale. Selon la « BP Statistical Review », le pays dispose de 2 milliards de barils de réserves prouvées. Le bassin sédimentaire gabonais couvre ainsi une superficie de 247 000 Km², dont 30% on-shore et 70% off-shore. Environ 47% de la surface attribuée est ouverte à l’exploration. Il a, en juillet 2018, réintégré l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) et son retour au sein de l’ITIE (Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives) est en cours de préparation.

Et d’après l’agence Ecofin, la société norvégienne Panoro Energy a annoncé, le mercredi 25 août,  que le puits d’exploration Hibiscus Nord (DHBNM-1) du prospect Hibiscus North sur son permis gabonais de Dussafu, a entrecoupé du pétrole. Les premiers résultats d’après forage indiquent que le puits DHBNM-1 a rencontré environ 13,5 mètres de réservoir de pétrole dans le grès de Gamba supérieur, le principal réservoir cible de la campagne de forages de Panoro sur ce permis. Le forage se poursuivra dans la cible secondaire de Dentale jusqu’à une profondeur totale d’environ 3 500 mètres.

Une fois la profondeur maximale atteinte, les opérations de diagraphie et l’évaluation de la découverte de pétrole vont démarrer. Après cette étape, Panoro pourrait forer une piste secondaire du puits DHBNM-1 afin d’évaluer davantage le potentiel en barils récupérables du champ.

Panoro et ses partenaires envisagent dans le cadre de ce programme de forer un autre puits dénommé DTM-7H. Une fois la campagne achevée, ces puits devraient être reliés à l’infrastructure de production avant la fin de l’année. Les réserves prouvées et probables de Dussafu sont de 45,4 millions de barils. Avec celles possibles ces réserves passent à 58 millions de barils. Panoro controle 17,5% de Dussafu aux côtés de BW energy l'opérateur qui possède le reste.