L’opérateur historique français dans la filière bois au Gabon, Rougier,  vient de confirmer la vente de son activité industrielle de fabrication de contreplaqués sise à Owendo, une commune limitrophe de Libreville.

 « A l’issue de négociations avec un groupe d’industriels européens, il a été conclu : une promesse de cession de l’usine d’Owendo au plus tard le 31 décembre 2021 après versement d’un acompte acquis en cas de non-réalisation ; la mise en concession de l’usine d’Owendo effective depuis la fin mai 2021 auprès de l’acquéreur en contrepartie d’une redevance mensuelle jusqu’à la date de cession effective », a fait savoir la société hexagonale selon l’agence Ecofin.

On ne connait pas encore néanmoins le nom de l’entreprise qui a repris l’usine, ni le montant de la cession. Cependant, selon toujours le groupe français, face aux besoins globaux du marché gabonais, Rougier Gabon augmentera au 2ème semestre le niveau de sa production forestière certifiée FSC. Aussi, Rougier, via sa filiale Rougier Afrique International, poursuivra la commercialisation en Europe des contreplaqués okoumés certifiés produits par le partenaire industriel installé au Gabon et avec lequel sont contractualisés en exclusivité des accords pluri annuels d’approvisionnement en grumes certifiées FSC, ainsi que des partenariats commerciaux et techniques.

Selon les derniers chiffres, l’entreprise dispose de 40 hectares dédiés à la fabrication de meubles de luxe « Made in Gabon » ; 500 m2 minimum de hangars industriel par fabricant ; 5000 m2 dédiés à l’unité de séchage de bois en commun ; 17 unités de production de placage et 2 de contreplaqué, etc. A remarquer que les restrictions gouvernementales et la diminution de la demande internationale ont impacté négativement le niveau du chiffre d’affaires consolidé du Groupe Rougier - estimé à environ 46 M€ (30,2 milliards de FCFA) en 2019 et 43 M€ (28,23 milliards de FCFA) en 2020, soit une baisse de 6,52%.

Rougier Gabon, en activité depuis 1952, fait partie des trois sociétés certifiées au Conseil de soutien de la forêt (FSC) que compte actuellement le Gabon. En 2018, la société revendiquait trois usines de production et cinq sites d’opération à savoir : deux dans le Haut-Ogooué au Sud-Est du pays, deux autres dans le Moyen-Ogooué au Centre du pays et un dernier dans l’Ogooué-Ivindo à l’est du pays. Le tout représente 900 000 hectares de concessions forestières pour une production annuelle de 300 000 m3 de bois.